Voyageaient à travers Madère

Madère, une relativement petite île mais qui nous montre des coins absolument superbes pour ceux qui sachent ce qui signifie nature. Au travail normal comme guide je refais fréquemment les mêmes parcours, logiquement entre les plus populaires. Mais l’autre jour je me suis mis à faire un tout à fait différent, une des randonnés dans une région sauvage: en partant de Achada do Teixeira, au-dessus de Santana, au Nord, j’ai marché vers Pico Ruivo, le point le plus haut à Madère, 1861 m. Dans un jour clair on domine vraiment l’île sur tous ses coins à partir du sommet.

Boaventura

En sortant de Ruivo, je me suis dirigé ver le sentier qui, commençant sur celui qui mène là-haut, se dirige vers Encumeada, presque au centre géométrique de l’île. Il a e´té récemment amélioré, les morceaux les plus glissants ayant été repavés, des protections ayant aussi été mises dans les points dangereux, on a maintenant un sen tir bien sécurisé. Concernant ce que l’on peut jouir en la parcourant, c’est pratiquement indescriptible! On marche pratiquement sur le massif central de Madère, le sentier se déroulant de telle façon que l’on peut voir en même temps les versants Nord et Sud. Le silence nous accompagne, on est entouré de bruyère, genet, et végétation indigène qui nous fait être transportés en pensée jusqu’aux jours ou nos ancêtres voyageaient à travers Madère. Il y a des points à couper le souffle, ou le vertige est comme dissipé par la vue spectaculaire sur des zones que l’on pourrait imaginer d’être à des milliers de kilomètres de la civilisation…

En arrivant à peu près du milieu du parcours, on arrive à un joli croisement, Boca das Torrinhas, où on voit d’autres deux sentiers; un qui descend vers la Valée des Nonnes, autre en sens opposé descendant vers Boaventura, au Nord, que l’on a vue déjà dans la distance. Aussi des randonnés intéressantes, qui aident à justifier la règle, qui dit que l’on peut marcher le long de l’île sans mettre le pied sur une route «normale».

En poursuivant notre marche on a un longue montée sur Pico Jorge, avec des points d’une beauté immense, pour atteindre le sommet et commencer à descendre vers Encumeada. Légèrement au début, puis on «attaque» une série de marches ou nous pourrons entrevoir des petits villages et São Vicente dans l’horizon Nord. Au bout de quelques six heures, au moins, pour pouvoir apprécier ce qui nous entoure, on arrive à la route exactement à Encumeada, où un petit café fera des merveilles pour récupérer les énergies.

2 Replies to “Voyageaient à travers Madère”

  1. Pourriez-vous me dire comment vous joindre afin de vous accompagner dans une marche guidée au centre de l’île que nous comptons visiter en mai 2008?
    D’avance merci.

  2. Nous serons heureux de vous rendre ce genre de service. On le fait normalement pour une quantité minimale de personnes en tant que groupe fermé, donc il suffit que vous nous donniez quelques rensigenements au préalable, tels que:
    nombre de personnes, dates d’arrivée et de départ, si vous voudrez que l’on établit un programme (dans ce cas, aptitute des gens pour le type de randonnnée: facile, moyenne, plus difficile) ou si vou avez votre programme (et le détaillez), et en général si vous faites vous mêmes les réserves ou si vous voulez que l’on s’en occupe. Vous pourez réponder directement à ce post, au site http://www.naturemeetings.com ou email info (at) naturemeetings. com

Leave a Reply